Blog-note de jef safi

p h i l o s o p h e r

avec . . Félix Guattari
Des agencements machiniques

extrait de Chaosmose - 1992

lundi 23 novembre 2009

La mécanosphère prélève et actualise des configurations qui existent parmi une infinité d’autres dans des champs de virtualité. Les machines existentielles sont de plain-pied avec l’être dans sa multiplicité intrinsèque. (...) Elles sont à elles-mêmes leur propre matière d’expression sémiotique. L’existence, en tant que procès de déterritorialisation, est une opération intermachinique spécifique qui se superpose à la promotion d’intensités existentielles singularisées. (...) L’existence n’est pas dialectique, n’est pas représentable. Elle est à peine vivable !

(...) Les machines de désir, les machines de création esthétique, au même titre que les machines scientifiques remanient constamment nos frontières cosmiques. A ce titre, elles ont à prendre une place éminente au sein des agencements de subjectivation, eux-mêmes appelés à relayer nos vieilles machines sociales incapables de suivre l’efflorescence de révolutions machiniques qui font éclater notre temps de toute parts. Plutôt que d’adopter une attitude frileuse à l’égard de l’immense révolution machinique qui balaie la planète (au risque de l’emporter) ou de se cramponner aux systèmes de valeur traditionnels, dont on prétendra refonder la transcendance, le mouvement du progrès, ou si l’on préfère, le mouvement du processus, s’efforcera de réconcilier les valeurs et les machines.

(...) Les systèmes machiniques se positionnent en rhizome de dépendance réciproque, situant chaque stase machinique actuelle à la rencontre d’une filiation passéifiée et d’un Phylum de mutations à venir. Tous les systèmes de valeur - religieux, esthétiques, scientifiques, écosophiques, ... - s’instaurent à cet interface machinique entre l’actuel nécessaire et le virtuel possibiliste. (...) Double énonciation, territorialisée finie et incorporelle infinie.

(...) A l’opposition stérile entre valeur d’usage et valeur d’échange, il convient d’opposer une complexion axiologique incluant toutes les modalités machiniques de valorisation : les valeurs de désir, les valeurs esthétiques, les valeurs écologiques, économiques, etc. (...) La loi économique, comme la loi juridique, doit se déduire de l’ensemble des Univers de valeur, à l’affaissement duquel elle ne cesse d’oeuvrer. Sa reconstruction, sur les décombres mêlés des économies planifiées et du néolibéralisme et selon de nouvelles finalités éthico-politiques (écosophiques) appelle une inlassable reprise de consistance des agencements machiniques de valorisation.