Blog-note de jef safi

s’ e n t r e - t e n i r

avec . . Gaël Giraud
France, Europe, quelle économie verte ?

Public Sénat - Audition du 13 mai 2020 (pandémie COVID-19 en cours)

dimanche 24 mai 2020

. ./. .

Une économie de transition écologique ? Ici et maintenant ? A minima, quels que soient les scénarios, c’est-à-dire en fonctions du mix énergétique retenu suivant la part du nucléaire, on retrouve toujours trois mesures. 1/ La rénovation thermique des bâtiments. 2/ La mobilité verte en arbitrer entre les moteurs thermiques et les moteurs électriques (???) pour l’industrie automobile. 3/ Ré-industrialisation et re-localisation arbitrés en fonction des secteurs d’activité, coûts de main-d’oeuvre, empreinte carbone, souveraineté stratégique, ...

Difficulté conjoncturelle : la récession globale de l’économie mondiale, le risque de déflation. Il n’y a plus de croissance, ni d’inflation. L’état qui finance la vertu privée est une erreur. Il ne faut pas compter sur la vertu privée, c’est à l’état d’orienter par ses propres financements publiques et ses garanties publiques au secteur bancaire. Pour financer un véritable scénario de transition écologique il faut faire plus que cela.

Financement -> problème de la dette. La dette publique n’est pas le problème premier, la dette privée est bien supérieure. Réduire la dette doit commencer par le privé, avec l’aide de l’état donc au prix de la dette publique, sans pour autant tomber dans la vieille arnaque néolibérale : privatiser les bénéfices, nationaliser les pertes. Problème paradoxal supplémentaire : la déflation qui menace annule les dés-endettements, ou plutôt, elle les rend inopérants. Si tout le monde veut se des-endetter, tout le monde s’endette au final.

. ./. . 22:16